Revue de presse

Why does the EU industrial strategy fail to mention the importance of the creative and cultural sectors?

Mardi 6 Février 2018

Article paru dans la rubrique « Opinion » du Parliament Magazine

The Commission’s proposals to stimulate EU growth and competitiveness miss the target on a number of significant issues, says Pervenche Berès.

Industry, growth and employment are key priorities for the Juncker Commission – at least that’s what President Jean-Claude Juncker reiterated in his most recent ‘State of the Union’ speech.
According to this, all the Commission’s policies should complement, rather than contradict, each other – as has too often been the case in the past.
They should allow industry to create jobs and stimulate competitiveness and growth in Europe, promoting investment and innovation in clean and digital technologies while standing up for those regions and workers most affected by industrial transformations.

(Lire +)

Une réforme réaliste mais ambitieuse de l’architecture européenne de supervision financière

Vendredi 9 février 2018

Article paru dans le N°11957 d’Agence Europe

(AE) FINANCES: Mme Berès souhaite une réforme réaliste mais ambitieuse de l’architecture européenne de supervision financière

Bruxelles, 08/02/2018 (Agence Europe) – Alors que le Conseil de l’UE semble adopter une approche très conservatrice (EUROPE 11899), la co-rapporteure au PE, Pervenche Berès (S&D, française), plaide pour une réforme réaliste mais néanmoins ambitieuse des trois autorités européennes de supervision financière (AES) : l’ESMA, l’ABE et l’EIOPA, qui surveillent respectivement les marchés financiers et les secteurs bancaire et assurantiel (EUROPE 11864).

Si la Commission européenne n’a pas voulu « bousculer l’architecture de supervision financière, il y a quand même un certain degré d’ambition puisqu’elle propose de revoir la gouvernance, la structure et le financement », a-t-elle confié à EUROPE, jeudi 8 février. « Vouloir être réaliste ne signifie pas que le niveau d’ambition est nul », a-t-elle ajouté. C’est en tout cas la ligne de conduite qu’elle souhaite suivre au PE.

(Lire +)

How can we ensure that the Internet giants pay their fair share of tax?

Jeudi 1er février 2018

Article paru dans le Progressive Post – Numéro 7 – Hiver 2018

Given that our economies are being reshaped and challenged by the digital revolution, our policies need to evolve to deal with this new type of wealth creation. One of the big issues is how to ensure that internet companies pay their fair share of taxes. MEP Pervenche Berès explains why this and other related issues are so important and what can be done about them.

(Lire +)

Consumer Interest in the Digital Single Market

Jeudi 7 Décembre 2017

Lettre ouverte parue sur le site Netopia à propos du réglement européen « Câble et satellite »

European consumers are a myriad of individuals who want different things, have different purchasing power, different cultures and different tastes or priorities. When we make policy for the Digital Single Market, this diversity must be fully acknowledged.

At the moment, the freedom to grant and acquire territorial exclusive rights in content licensing is at the heart of the European debate. Territoriality is not strictly a business interest. It is just as important for the consumers.

European consumers want content services in their first language, packaged and delivered according to local preference, with a reasonable price that is calculated based on local demand and purchasing power.

(Lire +)

La social-démocratie est morte, vive la social-écologie !

Dimanche 26 novembre 2017

Tribune parue dans l’hebdomadaire grec Νεα Σελιδα

En Europe, à gauche, de nombreux partis politiques se sont revendiqués d’un progressisme modéré et pragmatique dont l’ambition était de corriger les effets du capitalisme plus que de le combattre. Cette social-démocratie ne fait plus, aujourd’hui, ni consensus, ni recette : elle s’est fracassée sur la mondialisation, les nouvelles technologies et la crise de 2008.

Le mal vient de loin : le congrès du SPD de Bad Godesberg en 1959 accepte de servir l’économie dite sociale de marché tandis que la troisième voie de Tony Blair fait glisser la social-démocratie vers le social-libéralisme. La gauche française a longtemps résisté à cette orientation ; lorsque François Mitterrand arrive au pouvoir en 1981, il contribue à un certain rééquilibrage de la social-démocratie européenne y compris en imposant le thème de l’Europe sociale.

(Lire +)

Une Europe qui joint le geste à la parole et prend son virage social

Jeudi 16 novembre 2017

Tribune collective parue dans le quotidien belge Le Soir *

* Signataires : Nicolas Schmit, président du réseau ministériel Emploi et affaires sociales du PSE, ministre luxembourgeois de l’Emploi, du Travail, de l’Economie sociale et solidaire ; Sergei Stanishev, président du Parti socialiste européen (PSE) ; Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES) ; Maria João Rodrigues, vice-présidente du groupe S&D au Parlement européen, présidente de la fondation européenne pour les études progressistes (FEPS) ; Pervenche Berès, présidente du réseau Europe sociale du PSE.

Une question résonne de plus en plus dans l’esprit des citoyens Européens : que fait l’Union européenne pour moi ? Elle est légitime, et une réponse claire et cohérente doit impérativement lui être apportée. Toutefois, trouver les mots justes ne suffit pas. Les citoyens européens remettent de plus en plus en cause la capacité des institutions et de l’Union européenne à agir dans leur intérêt.

(Lire +)

Pour un Fonds monétaire européen efficace

Mercredi 8 novembre 2017

Version longue de la tribune parue dans « Le Monde » et signée de :

Pervenche Berès, Députée européenne S&D (France), Porte-parole des Socialistes et Démocrates pour les affaires économiques et monétaires

Udo Bullmann, Député européen S&D (Allemagne),Vice-président du groupe Socialiste et Démocrate en charge du modèle économique et social

Roberto Gualtieri, Député européen S&D (Italie), Président de la Commission économique et monétaire

Six conditions pour la transformation du MES en FME

Dans le débat sur l’Union économique et monétaire, l’idée de transformer le mécanisme européen de stabilité (MES) en un Fonds monétaire européen (FME) progresse. Merkel et Schauble ont plaidé en ce sens, la question a été discutée à l’Eurogroupe et Juncker a annoncé que la Commission ferait une proposition le 6 décembre.

Le groupe S&D a longtemps milité en faveur de la création d’une capacité budgétaire et d’emprunt pour la zone euro. Nous avons clairement indiqué que cette capacité devrait être inscrite dans le budget de l’Union, gérée par un ministre européen des finances, membre de la Commission européenne et soumise au contrôle du Parlement européen et du Conseil. Les propositions actuelles sur le MES/FME sont nettement en-deçà de cette ambition : le groupe S&D est prêt à contribuer à des évolutions, mais certaines conditions devront être remplies pour qu’il puisse les soutenir…

(Lire +)