Colloque à l’Assemblée nationale : Vers une véritable UEM : il y a urgence !

J’ai organisé, avec la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation d’études progressistes européennes (FEPS), mercredi 3 juin, un colloque rassemblant de nombreux experts et responsables politiques, dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale.

L’objectif était de tracer les pistes les pistes d’une gouvernance plus démocratique, efficace et transparente, à la veille d’un Conseil européen consacré à l’élaboration d’une véritable Union économique et monétaire.

(Lire +)

En savoir +

Retrouver la croissance et adapter les institutions : débat riche à la Sorbonne

J’ai participé le 11 mars dernier dans le cadre des « Nocturnes de l’économie – Sorbonne 2015″ à une table ronde sur le thème « Europe : des institutions inadaptées ? » en compagnie de Mario Monti Sénateur et ancien Premier ministre d’Italie ; Michel Aglietta, conseiller scientifique du CEPII; Olivier Klein, professeur d’économie finance à HEC et directeur général de la BRED, et David Thesmar, professeur de finance HEC. Le débat était modéré par Antoine Reverchon du journal « Le Monde ».

(Lire +)

En savoir +

Actualités

Après le referendum grec : l’euro, l’urgence de l’avènement du politique

Communiqué de la délégation socialiste française
Strasbourg – dimanche 5 juillet 2015 –

Les citoyens grecs se sont exprimés aujourd’hui, par la voie d’un referendum, sur les propositions faites par les institutions, l’ex-Troïka (Commission européenne, BCE, FMI). Ils les ont clairement rejetées car, pour eux, elles incarnaient la poursuite de l’austérité et ne réglaient pas la question de la dette. Ils doivent être entendus.

La délégation socialiste française continue de plaider pour un retour rapide à la table des négociations et s’opposera à ceux qui veulent humilier la Grèce en cherchant à l’exclure de la zone euro.

Mais ces négociations ne peuvent reprendre comme si rien ne s’était passé ; à l’urgence des créanciers vis-à-vis de leur débiteur doit répondre l’urgence politique : il faut mettre fin aux réunions de l’eurogroupe de la « dernière chance » qui tiennent plus de la réunion de marchands de tapis que de bâtisseurs de solution. Cette méthode aura été un piège mutuel pour la Grèce et l’Union européenne.

Parce que l’Euro est un projet politique et que la situation actuelle menace l’édifice dans son ensemble – les spéculateurs sont à l’affût d’un Grexit – il faut changer d’échelle et empêcher les opinions publiques européennes de se dresser les unes contre les autres.

(Lire +)

Le retrait de la directive sur le congé de maternité est un recul inacceptable pour les droits des femmes

Communiqué de la délégation socialiste française

La technique du retrait, ça ne marche pas !
Bruxelles – jeudi 2 juillet 2015 –

La Commission européenne a annoncé aujourd’hui le retrait de la directive sur le congé maternité.

Les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux condamnent ce choix et exigent de la Commission européenne une nouvelle proposition.

Il y a cinq ans maintenant que le Parlement européen a adopté une position ambitieuse sur ce dossier ; depuis, le Conseil des ministres bloque.

Pour les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux, « Mieux légiférer » ne peut consister à retirer les dossiers conflictuels. « Mieux légiférer », c’est assumer le débat politique sur les propositions législatives.

Parce que ce texte répond à plusieurs des préoccupations des citoyennes et citoyens, notamment afin de réconcilier vie professionnelle et vie privée, accroître la participation des femmes sur le marché du travail, soutenir le taux de natalité, ce dossier est emblématique des nouveaux acquis sociaux à arracher.

C’est pourquoi nous exhortons la Commission européenne à enfanter une nouvelle initiative législative dans les plus brefs délais.

(Lire +)

Les lanceurs d’alerte, les journalistes, les ONG, les représentants du personnel doivent être protégés. Ils sont les gardes fous de la démocratie !

Madame,

Vous avez interpellé les députés européens à propos de la directive « Secret des affaires ». Nous vous remercions de votre vigilance sur les travaux du Parlement européen et vous félicitons du succès de la pétition que vous avez lancée. Une telle démarche fait vivre la démocratie européenne sur les grands sujets qui concernent l’ensemble des citoyens.

La délégation socialiste française partage totalement votre objectif : protéger les journalistes, leurs sources, les ONG et les lanceurs d’alerte, ainsi que l’information des citoyens.

Plutôt que de rejeter ce projet, les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux sont mobilisés depuis le début pour en faire une directive de protection effective des journalistes et de leurs sources. En effet, nous savons qu’il y a encore en Europe des journalistes menacés, ainsi que leurs sources. Pensons à la Hongrie… ; c’est aussi avec leur situation en tête que nous menons notre travail de réécriture du texte.

Bien sûr, nous devons protéger l’innovation et le savoir-faire de nos entreprises : Airbus ou Michelin ne doivent pas pouvoir être espionnées par leurs concurrents, cela nul ne le conteste ! Mais les intérêts économiques, quand ils se matérialisent par des pratiques malhonnêtes et/ou contestables, ne doivent jamais primer sur l’intérêt général.

(Lire +)

Videos

Colloque à l’Assemblée nationale : Vers une véritable UEM : il y a urgence !

J’ai organisé, avec la Fondation Jean-Jaurès et la Fondation d’études progressistes européennes (FEPS), mercredi 3 juin, un colloque rassemblant de nombreux experts et responsables politiques, dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale.

L’objectif était de tracer les pistes les pistes d’une gouvernance plus démocratique, efficace et transparente, à la veille d’un Conseil européen consacré à l’élaboration d’une véritable Union économique et monétaire.

(Lire +)

Ce n’est pas parce que nous voulons une TVA réduite pour le livre électronique que nous renoncerons à une vraie fiscalité pour les géants de l’internet

Pervenche Berès (S&D). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, si vos prédécesseurs avaient écouté ce Parlement européen, nous n’en serions pas là. Voilà en effet de nombreuses années que nous demandons l’alignement du taux de TVA entre le livre papier et le livre numérique. Il aura finalement fallu la condamnation de deux États membres par la Cour de justice pour que ce débat réapparaisse et qu’il soit, au sein du collège, remis sur le devant de la scène.

Il faut aller jusqu’au bout et il faut aller vite car il n’y a aucune raison que ce divorce entre les différentes technologies desserve ceux qui ont envie de faire profiter chacun de la culture et de la lecture. Mais il faut aussi s’assurer que, fondamentalement, cette neutralité technologique sera au rendez-vous. Il faudrait également, me semble-t-il, que la Cour de justice tienne compte de cette volonté exprimée ici par le législateur, notamment lorsque de nouvelles affaires lui seront soumises alors que nous n’aurons pas encore modifié la directive TVA.

(Lire +)